L’esprit Serviam

Le 29 août, lors des journées d’intégration, les étudiantes de deuxième année ont présenté les différents engagements possibles à l’Institut Serviam (maraudes, soutien scolaire, visite aux personnes âgées, théâtre, danse, atelier écologie…). Cette présentation a été précédée du témoignage de Justine. Un témoignage qui donne envie de vivre l’esprit Serviam !

Bonjour à toutes,

Je m’appelle Justine et cette année sera ma première année dans le foyer Serviam. Mais en réalité, j’ai grandi enveloppée par l’Esprit Serviam puisque je viens d’un collège et d’un lycée qui sont tous les deux du réseau Méricien, comme ce foyer. C’est pour cela qu’on m’a demandé de témoigner rapidement de l’Esprit Serviam.

Étant plus jeune, je n’étais pas vraiment consciente de vivre dans cet esprit et même si je m’y investissais beaucoup, j’aurais été bien incapable de le définir ou d’en parler. Cependant, il y avait quand même une chose qui me marquait : c’était la bienveillance qui régnait. Entre élèves, membres du corps éducatif et ursulines, mais aussi envers des personnes plus lointaines, extérieures à ce cadre scolaire. Et alors, je me suis rapidement rendu compte à quel point la bienveillance était importante et la base de plein de choses. C’est pourquoi je vous dirai d’abord que l’Esprit Serviam, c’est de la bienveillance. Pas une bienveillance bruyante qui ne serait là que pour se faire remarquer, mais une bienveillance sincère : un sourire, une aide, un moment d’écoute, un service… C’est ce qui permet de construire de fortes relations de solidarité, d’entraide, de paix, d’amour. C’est par la bienveillance que nous nous supporterons dans les périodes difficiles et de doutes, que nous vivrons de grands moments de joie et de partage, que nous nous ferons grandir mutuellement. Alors, soyons bienveillantes.

Et puis en grandissant, en changeant, je me suis de plus en plus questionnée sur cette devise qui résume l’Esprit Serviam :  « Je servirai ».

Qu’est-ce que ça signifie vraiment ?

Bien sûr, je me suis directement dit que d’être bienveillante était déjà une forme de service. Mais je crois maintenant que ça va encore plus loin que ça. « Servir », ça veut dire « se donner ». Donner de son temps et de soi à travers ses dons, ses qualités, son témoignage, ses faiblesses et, en fait, tout ce qui fait que nous sommes des êtres dignes d’avoir du prix aux yeux de tous.

Et donner ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Comment donner de son temps et de soi quand on n’est pas motivé ?

Pour ça, il faut accepter de donner sa vie en la perdant. Perdre sa vie ne veut pas forcément dire mourir pour quelque chose ou quelqu’un – même si certains y sont appelés. On peut perdre sa vie de manière quotidienne. Alors dit comme ça, ce n’est pas très attrayant parce qu’après tout, la vie est quelque chose de précieux. Alors pourquoi la perdre ? Mais lorsque l’on sait que perdre sa vie quotidiennement signifie tout simplement accepter et faire le choix de ne plus vivre sa vie uniquement pour soi mais pour les autres, gratuitement, généreusement, on comprend qu’une vie perdue, offerte, mise au service, est source de joie et de plénitude.

Tout ça, je l’ai véritablement découvert et compris grâce à un livre que je vous invite à lire qui s’appelle Donner sa vie de Pierre-Hervé Grosjean.

Bref, voilà ce que je connais et pense de l’Esprit Serviam. J’aimerais aussi beaucoup connaître votre point de vue, étudiantes ayant expérimenté l’Esprit Serviam.

J’espère que, cette année, chacune d’entre nous réussira à se mettre un peu plus au service des autres au sein du foyer et à l’extérieur, avec bienveillance.

Que l’Esprit Serviam déborde d’entre les murs de ce foyer !

Justine Pernet

2019-09-24T15:33:20+01:008 septembre 2019|Actualites|
quis quis, Donec sit non nunc pulvinar id, leo. ut elementum Sed